Maroc: la FIJ demande la libération de Omar Radi

Screenshot 20191231 141015

30 December 2019

La Fédération internationale des journalistes (FIJ), première organisation mondiale de la profession représentant plus de 600.000 journalistes dans 146 pays, s'associe à son affilié, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), et dénonce l'arrestation du journaliste Omar Radi, suite à la publication d'un tweet en... avril 2019.

STR / AFP

Screenshot 20191231 143237

Le journaliste marocain est poursuivi sur la base du code pénal.

"Je lance un appel pour la libération de Omar Radi," a déclaré Younes Mjahed, le président de la FIJ. "Quels que soient les motifs de son arrestation, rien ne justifie sa détention, d'autant que le Code de la presse n'autorise pas la justice à poursuivre les journalistes en détention. Le recours au code pénal dans le cas de Omar Radi ou dans le cas d'autres journalistes vide de sa substance la réforme du code de la presse au Maroc."

Nonobstant le contenu du tweet, le SNPM estime que "ce jugement via le code pénal en lieu et place du code de la presse est inacceptable et dangereux pour la liberté d'expression au Maroc".

For more information, please contact IFJ on +32 2 235 22 16

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 146 countries

Follow the IFJ on Twitter, Facebook and Instagram

Subscribe to IFJ News

النقابة